Paris Années folles, un livre de photos à offrir ou à s’offrir

By 0 No tags Permalink 1

 

Ceux qui aiment Paris aiment forcément les éditions Parigramme , cette maison qui publie tout un tas de guides pour découvrir la Ville Lumière à travers son histoire, ses quartiers, son architecture, mais aussi ses bonnes adresses… Ce sont ces mêmes éditions qui avaient publié la BD Rose de Paris, dont je vous parlais il n’y a pas si longtemps que ça. Et c’est encore dans son catalogue que j’ai découvert un livre de photographies sur le Paris des années Folles, qui ravira les amoureux de cette époque.

 

Sur la couverture, deux femmes en turban et seins nus (celle de gauche est la célèbre Kiki de Montparnasse), juchées sur les épaules de messieurs en costume, eux-mêmes entourés par ce qui ressemble fort à une bande de joyeux lurons. Le ton est donné : oui, le Paris des Années folles était bien une fête, une fête dont Hemingway a su nous nous faire rêver , et qu’on découvre avec d’autant plus de curiosité en images. Une fête de jour, comme à la Foire du Trône, où les grands s’amusent tels des enfants, mais surtout une fête nocturne, à la Coupole, au bal de la Horde à Montparnasse, au Casino de Paris, au théâtre des Champs Elysées ou encore chez des célébrités.

 

Au-delà du souvenir de ces nuits blanches, ce qui fait l’intérêt de Paris Années folles c’est qu’il donne à voir des lieux et des scènes de la vie quotidienne de la capitale entre les années 20 et 30 : Place de l’Opéra ou de la Concorde, rue Montmartre, rue Pigalle, Porte Saint Denis, Boulevard de la Madeleine, Mouffetard… Tous ces lieux bien connus se révèlent dans leur apparence de l’époque, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. Chapeau ou casquette, on y découvre des parisiens tous en couvre-chef, et des parisiennes aux cheveux courts qui commencent à oser le port du pantalon. Bien sûr, on y croise Mistinguett et Maurice Chevalier, Joséphine Baker  , Paul Eluard et André Breton, mais également ce Paris « plus occupé à gagner sa journée qu’à gaspiller ses nuits » : lavandières, gendarmes en pèlerine, ouvriers, sans oublier tous ces marchands ambulants à la voix de stentor (marchands de gui et autres vendeurs de cols de chemise). Un Paris populaire, qui sait lui aussi se divertir, le temps d’un combat de boxe, d’une balade en barque au bois de Boulogne, d’une séance de bronzage sur la plage de sable de la piscine Molitor, ou même d’une compétition de nage… dans la Seine !

 

Ces clichés en noir et blanc, nous les devons aux grands photographes de l’époque, mais aussi à de nombreux anonymes. Si le Paris des Années folles nous est finalement si familier, c’est beaucoup grâce à eux. Ce livre leur rend hommage.

 

Par Asha Meralli

 

Paris Années folles, 100 photos de légende, éditions Parigramme, 9,90 €

0 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *