Des bulles dans le tourbillon des années folles

By 0 No tags Permalink 0

Il y a un moment de cela je vous racontais une tranche de la vie de Louise, flapper new-yorkaise dont je me serais bien fait une copine si j’avais vécu durant les années 20. Récemment j’ai fait la connaissance de Rose, l’alter-ego parisienne de Louise, et je me suis dit qu’elle aussi aurait été une chouette copine.

PARIS_ENFIN

 

Rose vient de Quimper et partage la chambre et le loyer de Sidonie, une de ses collègues « demoiselle du téléphone » au central téléphonique Gutemberg, rue du Louvre. Avec elle j’ai écumé les soirées de la ville lumière, de la Closerie des Lilas au Bal Nègre où j’ai admiré la grande Joséphine , en passant par la Rotonde, le Bœuf sur le Toit et le Jockey. Elle m’a présenté tout ce beau monde dont j’avait tant de fois entendu parler : Hemingway – qui a toujours le béguin pour elle – Fitzgerald, Breton, Tzara, Desnos… J’ai aussi fait la connaissance de tas d’autres personnes qu’elle m’a donné envie de connaître davantage : Soutine, Pascin, Kisling, Foujita, Baron, Almaric, Galtier-Boissière… Le meilleur de Montparnasse en somme. Ensemble, on en a vécu, de grands moments !Je me souviens particulièrement d’une fête grandiose que Man Ray avait donnée chez lui en l’honneur de Kiki…

iLLUSTR_PARIS

Si les nuits de Rose sont blanches, ses journées sont loin d’être roses. Au central téléphonique

les filles, qui peinent à joindre les deux bouts, doivent se battre pour obtenir un salaire égal à celui des hommes. Rendez-vous compte, certaines sont obligées de se prostituer pour boucler les fins de mois, quand elles tombent enceintes c’est la cata. Quelle vie de misère !

 

Et puis il y a le beau et fort Victor. Pas simple, leur histoire, le type trempe dans des affaires louches, trafic de coco et compagnie. Mais attendez, je ne vais pas vous spoiler tout ça, le mieux serait que vous demandiez à Gilles Schlesser de vous raconter les aventures de Rose dans le tourbillon des années folles par le menu, Eric Puech l’y aidera avec son style dense, un peu brouillon, un peu crade, mais toujours très réaliste. Je vous promets qu’ils vous offriront un beau voyage dans le temps.

 

Rose de Paris, Une bande dessinée de Gilles Schlesser et Eric Puech aux éditions Parigramme, à commander à votre libraire préféré.

Par Asha Meralli

0 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *