Dawn Hampton, une légende méconnue en France

By 1 No tags Permalink 1

Vous avez certainement découvert le nom de Dawn Hampton sur Facebook ces derniers jours, les hommages se multipliant à l’annonce de son décès (à l’âge de 88 ans). Mais qui était donc cette dame ? Quel a été son rôle, son influence sur la scène swing renaissante des années 1990 ?

 

Dawn Hampton est une artiste, musicienne, chanteuse et performeuse née en 1928 dans l’Ohio. Mais la scène swing renaissante des années 1980-1990 la découvre comme danseuse assez tardivement. Amie de Frankie Manning et « l’une de ses partenaires de danse préférées »*, elle travaille à ses côtés pour le film Malcom X de Spike Lee (1992). Les danseurs qui l’ont connue disent d’elle qu’elle avait une présence théâtrale et un style « smooth », que chacun de ses mouvements incarnait la musique jazz. Ici à l’âge de 82 ans.

Chaque année elle allait en Suède et participait au plus gros rassemblement de lindy hoppers à Herrang, partageant son savoir et son expérience avec les danseurs du monde entier.

En bonne forme malgré ses 86 ans et pleine d’humour, on la voit ici danser lors du Frankie 100 à New York ( à partir de 2’10).

Une artiste aux multiples talents

 

Mais davantage qu’une danseuse, Dawn Hampton était une artiste complète. C’est tout d’abord une enfant de la balle. Musicienne, chanteuse, artiste dans l’âme, elle est issue d’une famille de saltimbanques. Dès son plus jeune âge, elle se produit sur scène.

Il faut dire que son père, d’origine modeste, croit au pouvoir de la musique pour s’élever socialement. Les douze enfants de la famille font partie du groupe (les Deacon Hampton’s Pickaninnys) et jouent de la musique et des scènes de vaudeville dans des foires et carnavals itinérants.

Dès l’âge de 3 ans, Dawn apprend la musique. A 5 ans, elle chante sur scène. Plus tard elle joue du saxophone alto et ténor. La famille se produit toujours ensemble à l’Apollo Theater, au Savoy Ballroom ou au Carneggie Hall.

Lorsqu’une partie de la fratrie va suivre des cours de musique après la Seconde Guerre mondiale, elle et ses sœurs reforment un groupe, les Hampton sisters.

De gauche à droite : Dawn, Carmalita, Aletra and Virtue.

De gauche à droite : Dawn, Carmalita, Aletra and Virtue.

Chanteuse de cabaret, performeuse, Dawn Hampton s’illustre dans la comédie musicale « Greenwich Village USA » en 1958 et dans divers cabarets de la grosse pomme. Elle subit une une opération des cordes vocales et perd beaucoup de ses capacités. Mais elle n’a jamais abandonné le chant. Dans les années 1970, elle devient une icône gay et chante dans les clubs de la communauté. Elle se produit auprès des plus grands, comme Cab Calloway et Barry Manilo. Barbara Streisand connaîtra même ses débuts à ses côtés, sur la scène ouverte du Lion’s Den.

Dawn Hampton, "singer's singer and queen of cabaret"

Dawn Hampton, « singer’s singer and queen of cabaret »

Appelée la reine du cabaret, Dawn avait également un incroyable talent de siffleuse.

Avec son décès, le lindy hop perd une de ses dernières figures.

*Frankie Manning, l’ambassadeur du lindy hop. Frankie Manning et Cynthia R. Millman, édition Ch. Rolland

1 Comment
  • vautrin
    octobre 24, 2016

    Nous avions eu l’immense honneur de rencontrer Down à New York cette année,
    une femme agréable, gentille et pleine d’humour!!!
    C’est avec grande peine que j’apprends cette nouvelle.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *