Pourquoi vous devez apprendre les claquettes

Si les claquettes vous font penser à Singin’in the rain et aux percussions corporelles alors la suite achèvera de vous convaincre. Si en revanche, quand on vous dit claquettes vous pensez à ces (talentueux) mais impassibles Irish qui dansent en ligne, alors, la suite peut (d’autant plus) vous intéresser. Fatima Teffahi, professeur internationale, spécialiste des claquettes et du jazz roots était présente lors du Paris Jazz Roots Festival. Elle nous parle de son parcours, du solo, du lindy et de ses origines… Et puis, des claquettes, évidemment. Interview.

Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter? Quel est ton parcours? Comment es tu arrivée au jazz roots et au lindy?

Je suis née en mille neuf cent … à Bruxelles (et oui Belge ! ) J’habite la Suède depuis 2002.
Mon premier amour c’est les claquettes américaines.
De 2003 à 2011 je participe activement à l’organisation du Herräng Dance Camp. Dans le même temps, je cofonde le Chicago swing dance studio à Stockholm. Depuis le début, je suis un des membres actifs des Harlem Hot Shots.
Que vous dire de plus si ce n’est que mon jazz est rythmé. J’ai toujours eu ce style et il vient de mes claquettes.
A l’heure actuelle, je me considère plus comme une danseuse de claquettes et de jazz vernaculaire (ndlr : jazz roots), profondément inspirée par la culture afro-américaine. Par ailleurs, j’adore collectionner les clips d’époque (tout n’existe pas sur Youtube) et vous me trouverez aussi parfois derrière les platines.

Qu’est-ce qui, selon toi, différencie le jazz roots des autres danses solo (hip-hop, claquettes….)?

Selon moi, la différence est minime. Il s’agit de danses qui permettent de s’exprimer, d’exprimer sa personnalité. Les moyens sont identiques et toutes ces danses sont connectées d’une manière ou d’une autre et s’inspirent, dérivent, viennent des mêmes racines. On peut remonter jusqu’aux danses africaines.

D’ailleurs, à propos des claquettes… Pourquoi se lancer dans l’apprentissage des claquettes si on est danseur de lindy hop ou de charleston?

Toutes les danses de la famille du swing ont une même chose en commun, LE RYTHME. Je suis heureuse que l’enseignement du rythme dans le jazz soit de retour. C’est une tendance que je sens. Enfin on a compris que les claquettes sont un atout indispensable pour la pratique du lindy et du jazz. Pendant toutes ces années, j’ai toujours prêché l’apprentissage des claquettes.

Dernièrement, Paris a reçu la visite d’une partie des Harlem Hot shot dont tu fais partie. Ils ont donné des cours lors du « Swingin Paris Festival, summer edition ». Que peux tu nous dire sur cette troupe ? Quelles sont vos inspirations?

Avec les Harlem Hot Shots, nous nous inspirons des légendes afro américaines de l’époque mais nous gardons tous notre propre personnalité. Nous ne voulons pas être une copie conforme de ces grands danseurs (personne au monde ne pourra, par exemple, reproduire de manière parfaite les Nicholas Brothers ou les Whithey’s Lindy Hoppers…). Prendre une personnalité qui n’est pas profondément la sienne est, à mon avis, un vol ou une maladie de trouble psychologique 😉

 

Pour améliorer votre lindy hop, vous challenger ou encore explorer la notion de rythme… une seule chose à faire… Démarrer les claquettes. Inscriptions par ici

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *