Les Années Folles au théâtre

By 0 No tags Permalink 0

 

A comme Années Folles, B comme Bœuf sur le Toit. L’abécédaire se poursuit mais ces deux premières lettres plantent le décor d’# Années Folles, pièce de « théâtre musical » qui se joue en ce moment au théâtre Clavel . Il y a là la blonde Madame Trott, conférencière, spécialiste années 20 qui nous transmet son savoir avec l’aide de son assistante, la brune Gertrude aux hilarantes mimiques. On craint un instant que l’exercice ne finisse par devenir ennuyeux – un abécédaire c’est tout de même assez scolaire – mais il n’en est rien : régulièrement, Madame Trott et Gertrude cèdent la place à Irma et Max, deux artistes de cabaret qui depuis le Bœuf sur le Toit nous font voyager avec poésie au cœur des roaring 20’s. Ca chante, ça danse sur un répertoire mêlant chansons françaises et américaines, musiques « savantes » (du Poulenc sur de l’Apollinaire), populaires et jazz.

# Années Folles au théâtre Clavel – Paris

# Années Folles au théâtre Clavel – Paris

S’enivrer ou s’engager ? Telle est la question… Les anecdotes de soirées succèdent aux discussions politiques. On évoque pêle-mêle Cocteau et, Satie, Marx et Fitzgerald, Hemingway , et Garbo, Joséphine Baker  et André Breton… « C’est le mélange des genres qui me fascine dans cette période », explique Anne Cadhillac, qui a écrit la pièce et y interprète les blondes Irma et Madame Trott. « Aujourd’hui, tout est beaucoup trop compartimenté. A l’époque, peintres, musiciens, écrivains… tous se fréquentaient ». Comme à la fin du spectacle, Anne conclut par la similitude frappante entre cette époque, coincée entre deux guerres mais où l’on avait foi dans tout ce qui était nouveau, et la nôtre, où la technologie avance à pas de géants tandis que le bruit et la fureur du terrorisme et de la guerre résonnent quotidiennement à nos oreilles. Nul ne sait ce que les générations futures retiendront de notre décennie… Les Années Folles, elles, ont su cultiver un esprit de fête qui restera leur signature à tout jamais…

 

Pour goûter à cette « frivolité intelligente » comme l’appelle Anne Cadhillac, filez au théâtre Clavel, la pièce s’y joue tous les lundis soirs mais il ne reste plus que trois représentations (fin avril : rideau !). Vous bénéficierez du tarif réduit (14 euros au lieu de 18) en réservant avec le mot de passe… Brotherswing, of course !

 

Théâtre Clavel, 3 rue Clavel, 75019 Paris

Réservation : [email protected] ou 09 75 45 60 56.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *