Un amour de barman au Little Belleville

By 0 No tags Permalink 0

Comme moi, vous avez sans doute remarqué que les bars à cocktails poussent comme des champignons à Paris. Je vous ai déjà fait faire un tour chez Gentlemen1919 ou encore au Grand Pigalle Hotel , cette fois je vous emmène à la maison, c’est à dire au Little Belleville , le tout nouveau tout beau bar de Paulo qui s’est lancé dans cette nouvelle aventure avec quatre associés.

 

C’est là que j’ai fait la connaissance de Faustin, qui officie derrière le bar. Ce qui frappe tout de suite chez lui, c’est sa décontraction, et la façon avec laquelle il te met à l’aise, avec son grand sourire. Tablier, T-shirt manches courtes dévoilant les nombreux tatouages qui ornent ses bras, on est loin de la posture « Moi Madame je suis mixologue » que choisissent d’adopter certains, en d’autres lieux. Faustin lui préfère la simplicité : « Je suis autodidacte, j’ai appris sur le tas » raconte-t-il tout en me concoctant un nectar de sa création. « Je travaillait comme serveur aux Petites Gouttes dans le 18e, des places se sont libérées derrière le bar, j’ai foncé. Je n’y connaissais pas grand chose mais j’ai proposé aux patrons de leur créer une nouvelle carte de cocktails, et j’y suis arrivé ».

Son talent pour les mélanges heureux, le jeune homme de 26 ans le doit à sa maman : « C’est grâce à elle que j’aime cuisiner et pour moi faire un cocktail c’est comme faire la cuisine, il faut improviser, trouver les bons accords entre les saveurs ».

Ce qu’il apprécie tout particulièrement dans son métier ? La recherche, l’inventivité nécessaire à la création de tout bon cocktail, justement. Tout en me parlant, il pioche parmi les ingrédients qu’il a joliment disposés sur le côté du bar pour agrémenter le mien: il y a là de l’anis étoilé, du piment de Jamaïque, des fleurs d’hibiscus et des boutons de roses, du sucre à la cannelle, du basilic et même de la coriandre, qui parfumera bientôt l’un des cocktails de la nouvelle carte du Little Belleville. « Je trouve toutes les épices dont j’ai besoin chez l’égyptien à côté, me confie-t-il, mais j’adore chercher l’inspiration au marché, chez le primeur, un peu partout en fait ».

15225186_10154778793461340_865591446_o

 

Toutes ces belles paroles m’ont donné soif, et ça tombe bien parce qu’arrive enfin le moment de goûter ce que m’a préparé Faustin, après m’avoir demandé si je préférais un cocktail sucré, amer ou acide. Le simple fait que j’hésite entre l’amer et l’acide l’a fait s’orienter vers une délicieuse mixture composé de rhum épicé, d’apérol infusé à la vanille de Madagascar, de citron vert, de basilic, de ginger beer et de blanc d’œuf, pour la mousse. « Alors, heureuse ? »

Bon, j’avoue, ce n’est pas Faustin qui dit ça, c’est l’alcool qui m’est monté au cerveau un peu rapidement. Ceci dit, c’est aussi pour ça qu’il fait ce métier, Faustin : pour faire plaisir aux gens. Et je peux vous l’affirmer : il y arrive très bien.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *